24/12/2013

Ivo Papasov (ou Papazov)

 

   
 

Fils d'une famille d'origine tzigane de Turquie, Ivo Papasov est né en 1952 à Kurdzhali (Bulgarie). Dès l'enfance, il  a été immergé dans la musique. A 9 ans, il abandonne l'accordéon au profit de la clarinette. Agé d'une dizaine d'années, il a l'habitude de se produire dans un restaurant lorsque l'orchestre officiel fait un break. En 1974, il fonde le groupe "Trakiya" - d'inspiration tzigane turque mâtinée de jazz - à Stara Zagora (Thrace) et devient très vite une star de la Musique de Mariage. Des histoires incroyables courent sur Ivo. Mais, le plus incroyable, c'est qu'elles sont authentiques. Ivo est si demandé que les gens ont pris l'habitude de se marier en milieu de semaine pour que le musicien au planning chargé puisse animer la fête. Et, à chaque fois, il faut compter sur 200 personnes non invitées -qui font parfois des centaines de kilomètres pour s'incruster dans la fête afin d'assister au concert d'Ivo Papasov. Mais cette immense popularité lui a valu de sérieux ennuis. En 1982, il a été emprisonné pour "Propagande anticommuniste". Après trois semaines d'incarcération, il était prévu qu'il parte en camp de travail et a été sauvé in extremis par une commutation de peine.

 

 

 

Ce n'est qu'au milieu des années 90, avec l'avènement de la démocratie en Bulgarie, que ses enregistrements ont enfin pu voir officiellement le jour, et ce, non seulement dans son pays, mais aussi aux Etats-Unis. Très vite, il atteint une notoriété internationale, compose des musiques de films et est l'invité de prestigieux festivals de Jazz. Car l'un des grands points forts d'Ivo Papasov, outre ses qualités techniques, réside dans ses capacités d'improvisation. Comme il le résume lui-même de manière imagée, "Je peux très bien manger vingt fois de suite le même plat, mais je suis incapable de rejouer deux fois le même morceau de la même manière".



     

12:07 Écrit par clari38 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : folklore |  Facebook |

14/08/2012

La birbyne

 

 

 

 
 

La birbyne est un instrument à vent lituanien muni d'une anche simple. Il en existe de différentes tailles pour les registres soprano, ténor et contrebasse. Du point de vue de sa facture, elle s'apparente au Chalumeau, au Taragot et à la Clarinette.

dyn007_original_182_227_pjpeg_2673953_31d516d0bf35d7654bd1bc8621bf125f.jpg

La birbyne soprano est la plus courante. Le corps est le plus souvent en érable ou en bois de pommier.

dyn007_original_326_600_pjpeg_2673953_cf6dd7b9600e23df6775b105327dcf6a.jpg

La perce est légèrement conique. Dix trous, huit sur la partie supérieure et deux trous pour le pouce sur la partie inférieure. L'anche est fixée sur une embouchure semblable au bec de la clarinette, en bois d'ébène ou en corne animale. Pavillon en corne de vache. A l'aide d'une clé, la birbyne peut produire l'harmonique située une douzième mineure au dessus. Sa tessiture est de deux octaves et demi. Son timbre est chaud et doux dans le registre grave, dans le registre aigu, il est plus clair.

 

     

09:07 Écrit par clari38 dans Folklore, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : birbyne, folklore |  Facebook |