08/01/2012

En 1838

 

   
 

histoire,technique,technologie

Capture01.jpg

Capture02.jpg

Capture03.jpg

Capture04.jpg

Capture05.jpg

Capture06.jpg

Capture07.jpg

Capture08.jpg

Capture09.jpg

 

 

 

 

06/01/2012

Fabrication

 

 

 
     
 

 

 

     

10:25 Écrit par clari38 dans Technologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fabrication |  Facebook |

03/01/2012

Clarinette en Fa

 

 

 

 

 
 

J.B. ELGAS    GRASLITZ    BOHMEN

Clarinette en FA à dix clés fabriquée aux environs de 1850 par JB. ELGAS, luthier à Graslitz (Bohême - Tchéquie) ville réputée pour ses fabriques d'instruments de musique.

Longueur sans le bec : 39,5 cm

dyn001_original_397_315_pjpeg_2673953_33ab61bebe8cea8a8f7020d3e1c218d6.jpg

 

 

dyn001_original_280_686_pjpeg_2673953_5e9c01176490cc271323128ec17a9c4f.jpg  
    Clarinette en FA à  dix clés Clarinette MI b système Albert   
   dyn001_original_578_188_pjpeg_2673953_5aa3c99aba9f3e000a907dc8acffa368.jpg

 

dyn001_original_597_249_pjpeg_2673953_1f932d5cac0a64a5e22b7276644c10bb.jpg  

14:47 Écrit par clari38 dans Technique, Technologie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/01/2012

Stubbins

 

 

Système SK (Stubbins-Kalmus)

 

Les tentatives d'amélioration acoustique de la clarinette se sont attachées à Clef_quintoiement.jpgperfectionner le si bémol, le la bécarre et le la bémol de « gorge » ou à faciliter l'accès à ces deux dernières notes. La faiblesse du si bémol provient de la double fonction du trou de la clé de douzième qui doit produire des douzièmes parfaites ainsi que le si bémol. Ceci est impossible car, pour le quintoiement, ce trou devrait être beaucoup plus petit et beaucoup plus haut sur l'instrument, alors que pour le si bémol, il devrait être beaucoup plus bas - c'est-à-dire exactement à l'endroit où se situe la clé de trille « latérale» de cette même note.

Aux Etats-Unis, les travaux de William Stubbins et de son collaborateur Kalmus dans ce domaine méritent une certaine attention, car leur dispositif est  produit en série et constitue l'une des solutions les plus ingénieuses et valables que l'on ait trouvée jusqu'à ce jour. Le véritable problème est posé par le registre supérieur (les notes quintoyées du corps du haut) pour parvenir à une émission facile, dénuée de toute ombre d’autres harmoniques plus graves - qui sont toujours présents mais doivent rester inaudibles - l'ouverture de la clé de douzième doit être très réduite.

 
   clarinette-leblanc-normandy-237251.jpg  
  Il est essentiel de disposer de deux trous pour dissocier les deux fonctions qu'assume le trou de la clé de douzième: un petit trou plus haut sur le tube et un trou beaucoup plus grand placé de façon à obtenir un si bémol sonore et parfait. Ces deux trous doivent entrer en action automatiquement pour qu'il n'y ait aucune modification des systèmes de doigtés traditionnels.  
 

 Stubbins2.jpgDès que l'anneau du pouce est actionné pour produire le registre clairon, ce trou se ferme et la petite clé de douzième supplémentaire reste ouverte.

 Les douzièmes produites avec ce dispositif sont de meilleure qualité que celles que l'on obtient normalement; le son du si bémol beaucoup plus pur et sa justesse plus précise.

Stubbins3.jpg

 

 

10:09 Écrit par clari38 dans Technique, Technologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : stubbins |  Facebook |