31/12/2011

Cinéma muet

 

 

Arthème avale sa clarinette / Artheme Swallows his Clarinet

 
 

(comique noir et blanc, France, 1912)

dyn007_original_282_231_xpng__3eb6e13c55cda48db833df11f8c70d46.png

 
 

Arthème aime beaucoup sa clarinette jusqu’au jour où il l’avale ! On ne le dit jamais assez : il faut toujours se méfier des instruments de musique !  

 
 

  

 
  Deux spécificités relatives à ce film très court (près de 4 minutes) : il inclut des effets spéciaux étonnants (heureusement d’ailleurs sinon, ce pauvre Arthème aurait rudement mal à la gorge !) et il a fait l’objet d’une reconstitution image par image, les deux copies disponibles étant relativement endommagées.  
 

 

 

09:34 Écrit par clari38 dans Film, Humour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/12/2011

Tio Lorenzo Jr

 

 

Tio Lorenzo Jr.

tio.jpgClarinettiste, saxophoniste, hautboïste et arrangeur américain (La Nouvelle-Orléans, Louisiane, 1884 / New York, 24-12-1933). Son père, Lorenzo Sr, et son oncle, Luis, sont eux aussi des clarinettistes réputés. Il joue régulièrement à partir de 1897 dans le Lyre Symphony Orchestra. Au début du siècle, il travaille avec diverses petites formations et, vers 1910, entre dans l'Onward Brass Band.

Au début du siècle, il travaille avec diverses petites formations et, vers 1910, entre dans l'Onward Brass Band. Il commence à donner régulièrement des cours: ses élèves les plus célèbres sont Jimmie Noone, Johnny Dodds, Albert Nicholas et Barney Bigard. Il joue dans l'orchestre de Papa Celestin en 1913, puis accompagne Manuel Perez à Chicago (1916), collabore avec Armand Piron (1918-28, notamment au cours d'un séjour à New York en 1923-24). Il intègre le Tuxedo Brass Band, avant de revenir à New York où il passe les derniers mois de sa vie.                          

 
   
 

Lorenzo Tio est le prototype du clarinettiste créole néo-orléanais, au style élégant, à la technique impeccable dérivée du classique. Ses solos ne le montrent pas comme un véritable improvisateur, mais ses parties « préparées » sont intéressantes dans la mesure où on y entend le modèle de jeu qui influencera ses élèves, notamment Jimmie Noone.

 
     

10:52 Écrit par clari38 dans Biographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jazz |  Facebook |

29/12/2011

Picou

 

 

picou.jpgPicou Alphonse FlorestanClarinettiste, chanteur et compositeur américain (Nouvelle-Orléans Louisiane, 19/10/1878 - 4/2/1961). Il commence par l'étude de la guitare mais vers l'âge de quinze ans il adopte la clarinette. Avant la fin du siècle dernier, il aura joué au sein de la plupart des formations de premier plan à La Nouvelle-Orléans, dont celle de Buddy Bolden, mais aussi l'Excelsior Brass Band, l’Olympia Orchestra, Etc. Vers 1915, une brève escapade à Chicago le conduit dans le groupe de Manuel Perez.

 

 

A son retour, il offre ses services à John Robichaux, au Camelia Orchestra. au Golden Leaf Orchestra au Tuxedo Brass Band. En 1932, toutefois, il doit abandonner la musique à plein temps pour redevenir étameur, mais à partir de 1940, à la faveur du New Orleans Revival, il réapparaît au premier plan et enregistre avec Kid Rena. Après avoir col1aboré avec Papa Celestin et le cornettiste Ricard Alexis, il constitue son propre groupe (au Paddock Lounge, dans Bourbon Street) et se produit avec l'Eureka Brass Band. Il abandonne peu à peu la musique active vers la fin des années 50. Donald M. Marquis note que près de 25 000 personnes suivirent le brass band qui le conduisit au cimetière.

Le style d'Alphonse Picou est typique de la manière créole : sonorité limpide, vibrato léger, grande mobilité, servis par une enviable technique de l'instrument. On a dit - mais la preuve n'en a jamais été apportée - qu'il était l'adaptateur du célèbre solo de High Society, d'après une partie de piccolo – un périlleux exercice de haute voltige où bien des clarinettistes ont perdu quelques notes en route, y compris lui-même. King Oliver a enregistré deux de ses compositions, Chottanooga Stomp et New Orleans Stomp – A.C.

 
 


 
 

Cette vidéo nous montre Picou en 1958, il a alors 80 ans. Cela explique probablement la qualité de son interprétation.

A remarquer l'instrument utilisé. Il me semble qu'il joue sur une saxonette (corps identique à la clarinette - pavillon et barillet courbés) encore qu'ici le barillet est classique 

 

 

11:52 Écrit par clari38 dans Biographie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/12/2011

Anton Stadler

 

 

 

Anton Paul Stadler naît à Bruck an der Leitha en 1753, trois ans avant Wolfgang Amadeus Mozart. Il mourra comme lui à Vienne, mais vingt et un ans plus tard; en 1812. Ses parents s'installent à Vienne en 1755 et lui donnent cette même année un frère, Johann. Tous deux vont s'adonner à la clarinette et au cor de basset. Ils apparaissent dès 1773 aux concerts de la Tonkünslersocietät de cette ville. On ignore la date de leur première rencontre avec Mozart, mais l'on sait qu'Anton joue dans la grande Sérénade K.361 pour vents donnée à Vienne le 23 mars 1784.

 
     
 

 

Johann Friedrich Shink, ébloui par la prestation du clarinettiste, écrit: "Sois remercié brave virtuose! Ce que tu fais sur ton instrument, jamais je ne l'ai entendu. Jamais je n'aurais pensé qu'une clarinette puisse imiter ainsi la voix humaine! Ton instrument possède une sonorité si douce, si tendre qu'aucune personne ayant un coeur ne peut y résister."

 

 

 

Anton Stadler affectionnait particulièrement le registre grave de la clarinette qu’il perfectionna avec le facteur viennois Theodor Lotz (1748-1792) en augmentant progressivement la tessiture d’une tierce chromatique vers le grave (cor de basset). Le modèle typiquement viennois mis au point par Lotz consiste en un instrument en deux parties droites (ce qui est une innovation) reliées entre elles par un coude en ivoire. La « boîte » dans laquelle la perce se déroule en S est plate.

 
 

Stadler fut un clarinettiste virtuose, dédicataire des plus grandes oeuvres mozartiennes, compositeur lui-même - comme l'étaient fréquemment les instrumentistes professionnels de l'époque -, même si son indéniable talent ne peut se mesurer à l'aune du génie de l'ami Wolfgang.

 

 

11:03 Écrit par clari38 dans Biographie, Technologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vidéo, stadler, cor de basset |  Facebook |